Radio France / France-Cul­ture
La chaîne de radio­dif­fu­sion pour­suit avec cons­tance son tra­vail de média­tion de cul­ture scien­ti­fi­que (notam­ment) auprès du public, avec des émis­sions heb­do­ma­dai­res ou jour­na­liè­res d’une 1/2 heure à 1 heure. Cette vul­ga­ri­sa­tion de très bonne fac­ture s’adresse à un public éclairé adulte ou jeune étu­diant, mais non ini­tié.
Voici quel­ques-unes d’entre elles parmi les plus géné­ra­lis­tes, avec un court des­crip­tif (repris du site de RF), et leur période d’acti­vité (cer­tai­nes ont par­fois passé le relais ou ont été renom­mées).
Sont men­tion­nés les liens indis­pen­sa­bles: le site de l’émis­sion, le lien itpc d’abon­ne­ment audio, et le lien d’abon­ne­ment au flux rss.

- Con­ti­nent Scien­ces (depuis décem­bre 2000)
[ liens : site - itpc - rss ]
Com­pren­dre les scien­ces à tra­vers les fem­mes et les hom­mes qui les font. Quel est le fon­de­ment de la démar­che scien­ti­fi­que, quels sont ses res­sorts, ses moti­va­tions, quelle que soit la dis­ci­pline : cha­que semaine un entre­tien avec un cher­cheur dif­fé­rent.
Les scien­ti­fi­ques, les cher­cheurs ne disent pas tout. Con­traints sou­vent par une sorte de réserve aca­dé­mi­que, ils res­trei­gnent leurs pro­pos à l’exacte actua­lité de leur dis­ci­pline, à ses résul­tats. C’est regret­ta­ble, car ils peu­vent tenir d’autres dis­cours. Il est facile de voir que les scien­ces réser­vent de lar­ges zones de silence. Pour une rai­son sou­vent sim­ple, ces acteurs ne sont pas sol­li­ci­tés sur cette dimen­sion de leur témoi­gnage.

- Les con­tro­ver­ses du pro­grès (depuis jan­vier 2009)
[ liens : site - itpc - rss ]
Les con­tro­ver­ses du pro­grès invi­tent deux per­son­na­li­tés à se sai­sir d’un thème et à en débat­tre en expo­sant leur point de vue. Leur dia­lo­gue s’enri­chit ensuite des inter­ven­tions et ques­tions de l’audi­toire. A tra­vers ces débats, il s’agit de pro­duire des réflexions plu­ra­lis­tes, suf­fi­sam­ment relayées média­ti­que­ment pour être por­tées à la con­nais­sance des déci­deurs et du grand public.

- Ques­tions d’éthi­que (depuis août 2006)
[ liens : site - itpc - rss ]
Met­tre en scène la pré­sen­ta­tion infor­mée et argu­men­tée d’une ques­tion éthi­que liée aux choix indi­vi­duels, aux pro­grès des scien­ces et des tech­ni­ques, à la bioé­thi­que, à la vie publi­que, à la pra­ti­que poli­ti­que ou aux dilem­mes de la vie inter­na­tio­nale et en débat­tre avec un ou deux invi­tés pour ame­ner l’audi­teur à décou­vrir ses aspects inat­ten­dus. Une forme d’appren­tis­sage de la pen­sée cri­ti­que à par­tir de cas con­crets et de réfé­ren­ces à des publi­ca­tions récen­tes.

- Science Cul­ture… close (sept 2003 - août 2006)
[ liens : site ]
- Science et Cul­ture entend explo­rer les impli­ca­tions des pro­grès scien­ti­fi­ques ou médi­caux sur nos con­cep­tions de l’homme ou de la vie en com­mu­nauté. Devant des avan­cées pro­di­gieu­ses, l’opti­misme béat sem­ble dépassé et le catas­tro­phisme n’est guère plus satis­fai­sant. Il devient urgent d’acqué­rir les bases pour nous for­ger une opi­nion citoyenne sur les gran­des ques­tions qui tra­ver­sent nos socié­tés, ques­tions posées par la science, comme le clo­nage ou les OGM, ou ques­tions que nous lui posons, comme le poids de la déter­mi­na­tion dans nos com­por­te­ments ou encore la fron­tière entre l’humain et l’ani­mal. C’est ce défi que sou­haite rele­ver Science et Cul­ture, en s’appuyant sur un col­lège édi­to­rial com­posé d’hom­mes et de fem­mes venus de dif­fé­ren­tes dis­ci­pli­nes.

- Science et cons­cience (depuis juillet 2006)
[ liens : site - itpc - rss ]
La dimen­sion cul­tu­relle et phi­lo­so­phi­que de la science. Faire en sorte que la science ne se coupe pas du sens com­mun, sor­tir les scien­ti­fi­ques de leur iso­le­ment et l’audi­teur de sa soi-disant igno­rance. L’emprise du court terme et de la science tech­ni­ci­sée nous aveu­glent sur les véri­ta­bles enjeux de la recher­che scien­ti­fi­que. Or tou­tes les gran­des ques­tions qui mobi­li­sent la science, du big bang à l’empire des gènes en pas­sant par la bioé­thi­que, sont l’écho de pro­blè­mes méta­phy­si­ques uni­ver­sels. La réflexion cri­ti­que sur le lan­gage de la science est essen­tielle à la com­pré­hen­sion de notre monde. Il ne s’agira pas seu­le­ment de vul­ga­ri­ser la science, mais de rani­mer une dis­cus­sion avec le public.

- Science fric­tions… close (jan­vier 2003 - juillet 2006)
[ liens : site ]
- La science en débats. Le moteur de la science, c’est bien le bouillon­ne­ment des idées, la remise en cause des décou­ver­tes et l’ima­gi­na­tion des cher­cheurs. Pour les scien­ti­fi­ques, cela impli­que des tâton­ne­ments, des erreurs, des impas­ses, des inter­ro­ga­tions et la remise en cause des expli­ca­tions du monde aux­quels croyaient leurs maî­tres. “L’obser­va­tion scien­ti­fi­que est tou­jours une obser­va­tion polé­mi­que”, écri­vait Gas­ton Bache­lard au siè­cle der­nier…
L’accé­lé­ra­tion des appli­ca­tions de la science prend sou­vent de court les socio­lo­gues, les phi­lo­so­phes et, sur­tout, les hom­mes. Plus la science avance vite, plus elle met le citoyen et ses repré­sen­tants devant des ques­tions déci­si­ves dont les répon­ses ont des con­sé­quen­ces à la fois poli­ti­ques, éco­no­mi­ques, mora­les et éthi­ques. Ainsi, com­pren­dre les enjeux scien­ti­fi­ques ne relève plus uni­que­ment de la curio­sité intel­lec­tuelle et cul­tu­relle mais bien, de plus en plus sou­vent, de choix de société.
Dans Science-Fric­tions, nous ten­tons d’esquis­ser ces débats grâce aux scien­ti­fi­ques eux-mêmes qui, con­trai­re­ment à une image média­ti­que sou­vent cari­ca­tu­rale, se posent éga­le­ment des ques­tions. Com­ment, d’ailleurs, pour­raient-ils con­ci­lier des cer­ti­tu­des avec une démar­che scien­ti­fi­que qui se nour­rit essen­tiel­le­ment du doute et d’un inlas­sa­ble ques­tion­ne­ment du monde qui nous entoure ?

- Science publi­que (depuis sep­tem­bre 2006)
[ liens : site - itpc - rss ]
Science, méde­cine, envi­ron­ne­ment, tech­no­lo­gie et impact sur la société, dans les ques­tion­ne­ments que font sur­gir ces dis­ci­pli­nes, il y a un débat dont il s’agit de ren­dre compte. Pour cela, des scien­ti­fi­ques sont con­fron­tés à des repré­sen­tants d’asso­cia­tions ainsi qu’à des hom­mes poli­ti­ques con­cer­nés. Par­fois des élè­ves de cours de science en col­lège et lycée sont asso­ciés au débat et le cour­rier des audi­teurs est par­ti­cu­liè­re­ment pris en compte afin de reflé­ter le lien de plus en plus fort qui s’est créé, au cours des der­niè­res années, entre la science et la société.

Pour clore cette liste, n’oublions pas le tra­vail remar­qua­ble effec­tué par Ruth Ste­gassi dans
- Terre à Terre (depuis sept. 2001)
[ liens : site - itpc - rss ]
Le maga­zine de l’envi­ron­ne­ment
Objec­tif: faire le lien entre les infor­ma­tions qu’on reçoit de par­tout ; tis­ser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l’étran­ger, sont dans la recher­che active, expé­ri­men­tent des solu­tions ; resi­tuer cha­que ques­tion dans un con­texte, pren­dre assez de recul pour voir com­ment elle a évo­lué sur dix ou quinze ans dans son trai­te­ment comme dans l’opi­nion ; être à l’affût des ini­tia­ti­ves loca­les, qu’elles éma­nent de par­ti­cu­liers, d’asso­cia­tions ou de col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les ; savoir ce qui se fait à l’étran­ger et être un relais des expé­rien­ces réus­sies ; cher­cher à con­fron­ter sans tom­ber dans la polé­mi­que… ce maga­zine veut avant tout désa­mor­cer la dra­ma­ti­sa­tion pour per­met­tre la réflexion.
Les archi­ves audio sont en ligne, depuis sep­tem­bre 2004, sur un site indé­pen­dant, avec par­fois des trans­crip­tions effec­tuées par des béné­vo­les (http://ter­rea­terre.ww7.be)