Membre de l’IRD, établissement public consacré à la recherche pour le développement aux Suds, la plus grande partie de mon parcours professionnel a été la participation -classique pour un chercheur de cet institut- à des travaux de recherche scientifique dans plusieurs pays de la zone tropicale.

Le bandeau à droite affiche une petite sélection aléatoire de photos prises à Madagascar, au Burkina-Faso, au Sénégal, en Indonésie, de 1973 à 2003, à l’occasion d’affectations ou de missions. Elles ont bénéficié de conditions privilégiées de présence longue sur le terrain, en milieu rural, avec l’accueil bienveillant des populations locales.

Un simple clin d’œil sur l’interprétation multiple d’une image scientifique propre à étancher “les deux soifs” du lecteur, selon l’approche indiquée dans l’introduction (À-propos). Au delà de l’esthétique purement visuelle, chaque photographie évoque des thèmes essentiels, en particulier celui du développement, et le discours peut évidemment être multiple et varié selon l’expérience, la culture et la position de chacun.

Le scientifique, tout comme le missionnaire en son temps ou l’agent d’une Ong, pourra faire émerger des questionnements, aussi bien sur l’anecdotique des us et coutûmes locales que sur les valeurs de société qu’elle représente, généralement opaques à la compréhension courante. Mais j’empiète un peu sur l’à propos auquel il faut se référer.

Après cette période de recherches sur les économies familiales et la gestion des ressources naturelles, j’ai eu l’opportunité de rejoindre pendant cinq ans l’équipe d’Agropolis-Museum, le musée des Nourritures et Agricultures du monde de Montpellier (lien en bandeau).

J’y ai fait mes premières armes en matière de “diffusion de la culture scientifique” (Dcst, terme usuel, comme d’autres souvent impropres et qu’il est important de clarifier, cf. Quelques notions). Avec beaucoup d’interrogations sur l’impact, attendu ou réel, très mal évalué, sur la mobilisation du public, sur l’implication des producteurs de savoirs.

En charge de médiation scientifique, je suis appelé à organiser des interfaces d’échange science société, et en réflexion sur le fond : le rôle et la place du médiateur dans un système complexe d’inter-relations entre les producteurs, les transformateurs, les vecteurs, les medias, le public…

ps. Ce blog est une initiative personnelle, qui n’engage aucunement l’institution de rattachement, qui ne bénéficie d’aucun support ou logistique particulière (cf. mentions légales en pied de page)

avhs (pseudo pour Medsci)
et aussi économiste et amateur…
hautboïste, apiculteur en Cévennes