Le blog, quel rapport à la culture ?

Phénomène de société très récent, la blogosphère fait déjà l'objet d'études en économie, psychologie, sociologie, médialogie ou de recherches émergentes comme celle sur les réseaux sociaux. Son explosion actuelle montre un engouement bien caractéristique du public internaute, et ce malgré une présence déjà très forte de forums en ligne.

Le partage spontané d'affinités et de centres d'intérêt sur les blogs rejoint les styles de communication écrite de la population jeune, à la suite des mms/sms, chat et autres trouvailles technologiques du téléphone portable multimedia, désormais adapté pour la navigation sur le web.

Les sujets vont des plus intimistes (journal personnel) aux plus futiles (ou qui apparaissent comme tels), et aux très pratiques (jardinage, cuisine etc.), des centaines de blogs se créent chaque jour avec un activité parfois éphémère ou sporadique.

Mais le blog émerge aussi dans le monde étudiant et adulte, avec parfois une publication à plusieurs mains, n'hésite pas à aborder des problématiques sociétales très contemporaines, et devient souvent un outil de communication syndical, associatif, politique et militant.

Les professionnels des médias se l'approprient, et des scientifiques, plus timidement en France, y trouvent un support adéquat pour parler de leurs recherches et et promouvoir la diffusion de leurs travaux vers le public. Mais sortons des considérations générales, sur lequelles il y aurait trop à dire, en dehors de notre sujet.

Bloguer pourquoi ?

Le blog est d'abord un outil de stockage et de partage d'information puissant, lié à une base de donnée interrogeable en ligne. Comparé à un site classique d'avant l'émergence du “web 2” (voir l'illustration en fin de ce billet), il est beaucoup plus simple à mettre en œuvre, plus souple d'utilisation avec des modèles prêt à l'emploi.

Mais, encore plus important, il permet l'exercice de la publication interactive (billet-commentaire) sans présupposé autre que le respect des règles élémentaires du “savoir-échanger”, évidemment lié à la perception de chacun du fonctionnement de l'espace en question.

Cette caractéristique (laisser une trace) n'est pas ressentie comme une contrainte mais plutôt comme une vertu, celle de pouvoir apporter une contribution, parfois courte et modeste, qui demeurera visible à l'ensemble des contributeurs passés et à venir sans se soucier d'une mise en forme ou d'une cohérence globale.

Les contenus publiés peuvent être réorganisés, “cadrés” par le(s) modérateur(s) selon leur disponibilité et l'objectif recherché, ce qui contribue de manière importante à la lisibilité, à l'audience et à la pertinence du blog.

Hormis le franchissement des distances (physiques et temporelles), les finalités attendues ici dépendent du mode de fonctionnement retenu, choix de la modération, ouverture à l'extérieur, structuration des thèmes :
- éclaicir ses idées ou se forger une opinion en les exposant à la critique sur la toile
- pratiquer une veille attentive des attentes, des suggestions et des questionnements pertinents dans le domaine
- élaborer une contribution à plusieurs (de type wiki)

Ce blog propose un schéma largement modulable, qui privilégie la clarté, le visuel, et la simplicité de la navigation.

Alors à vos plumes !

____________________
Pour citer le billet copywright
Source : Bloguer sans compter. Medsci (avhs) le 20 février 2009. Site http://medsci.free.fr/pcsa/

télécharger le fichier pdf du billet : bloguer_sans_compter.pdf