Après une brève analyse synthétique sur la visibilité du champ de la “culture scientifique” dans les sites web des organismes de recherche (volet précédent), censés délivrer à minima une information utile à tous, voici l'appréciation en exemples. Les portails correspondants sont illustrés en images sur la page “Pôles de recherche”.

- le CEMAGREF
Sa mission, «répondre à des questions concrètes de société dans le domaine de la gestion durable des eaux et des territoires en produisant des connaissances nouvelles et des innovations techniques utiles aux gestionnaires, aux décideurs et aux entreprises», n'est, à priori, pas explicitement tournée vers la Cst.
6 rubriques sont affichées sur son site, mais aucune n'est liée au thème, et la diffusion est orientée exclusivement sur les publications et les colloques scientifiques... Pourtant il semble bien que l'ingénierie des ressources et du territoire ne puisse plus ignorer aujourd'hui la nécessité d'une gouvernance largement partagée, et qu'elle a aussi, pour cette raison, une responsabilité : contribuer à l'information des citoyens dans ce domaine éminemment sensible !

webdessavoirs.gif

- le CIRAD
Exemplaire et bien visible partout sur son site, un graphique se remarque d'entrée (supra), le “web des savoirs”, ouvrant un portail dédié à un “espace de diffusion et de partage des connaissances” tous publics, dite encyclopédie virtuelle des agricultures du Sud.
Par contre la mission du Cirad en tant qu'Epic* (texte statutaire de 1984) ne définit pas clairement ce qui relève de la Dcst du fait d'une confusion de termes utilisés pour la cst et l'ist : «assurer la formation par la recherche et la diffusion de l'information scientifique et technique au profit du développement». Il faut lire les termes du Contrat d’objectifs Etat-Cirad 2008-2011 (objectif 5), «communiquer pour porter l’ambition du Cirad et sensibiliser l’opinion publique aux enjeux du développement», pour noter une stratégie tournée vers la société civile, mais elle n'est pas du tout explicite sur le site.

- le CNRS
Une rubrique “Grand public”, bien distincte de l'espace presse, permet de s'orienter directement sur des pages ou des sites externes dédiés, mettant l'accent sur l'annonces d'animations et des documents pédagogiques : Presse, Jeunes, Dossiers multimédias, Manifestations. Mais la navigation devient rapidement confuse, notamment faute d'indiquer clairement le public visé.
Concernant sa mission, «produit du savoir et met ce savoir au service de la société», le Cnrs reste pour le moins banal et elliptique… L'opération dite “CNRS-Avenir” définit bien les missions, la stratégie et l'organisation de l'organisme pour 2000-2010, mais cette information n'est pas directement accessible. Le plan stratégique 2020 aura sans doute effet de remodeler le portail actuel.

- la délégation CNRS Languedoc-Roussillon
De présentation confuse avec un long bandeau latéral et pas moins d'une douzaine de rubriques texte (peu visible), le portail comprend cependant une rubrique dédiée, “Science pour tous”. Elle fait apparaître deux liens dédiés à la culture scientifique : un “espace jeune” et un “espace grand public”, ouvrant sur une profusion de sujets de Cst (Passeport pour la science - Vous êtes scientifique au Cnrs ? - Classe Sciences - Club Jeunes Cnrs Sciences et Citoyens - Exposciences - Rendez-vous scientifiques du Cnrs - Café vidéo - Fête de la science - Portes ouvertes sur la recherche - Expositions permanentes...). Autant d'actions qui soulignent que la délégation du Cnrs a été pilote de la Fête de la science en Languedoc-Roussillon pendant une décennie.

- le Centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale
Le portail très dépouillé du CRH (structure qui associe l'Ifremer, l'Ird, et l'Université de Montpellier 2) propose un bandeau “Évènements”, mais avec seulement deux liens de culture scientifique, des conférences organisées : l'une aux Jeudis du CHR à Sète, l'autre à l'Aquarium Mare nostrum de Montpellier. Pour un public de passage non informé, c'est à la fois très peu explicite et plutôt expéditif, avec une redirection simple sur les programmes en fichier pdf à télécharger…
Impossible à ce niveau, et même dans les tracts, de savoir à qui l'on s'adresse, quel est le public visé ou attendu, différent d'ailleurs d'un cas à l'autre. Assez peu engageant donc, et peu sensible à l'intérêt que le public pourrait porter aux questions de la pêche et des ressources maritimes !

- l'IFREMER
L'institut propose un portail très dépouillé, avec en fonds tournant une image sur le monde marin et la recherche. Sa mission en tant qu'Epic*, «conduire et de promouvoir des recherches fondamentales et appliquées, des activités d’expertise et des actions de développement technologique et industriel», ne fait pas état d'actions en termes de Cst, et pourtant (note)…
L'une des 5 rubriques principales propose, sous l'intitulé “Offre”, des Dossiers pédagogiques orientés public adulte, étudiant et scolaire ; elle ouvre sur des ressources diversifiées, des réalisations sur la connaissance et l'exploitation de la mer. Très bien vu.
Sur le portail on trouve aussi un encart, “Nos sites phares”, qui regroupe 6 thèmes calqués sur les titres de la rubrique La Recherche (ce qui est source de confusion car la rubrique n'ouvre qu'une fiche synthétique). Chacun de ces thèmes (l'environnement littoral, l'aquaculture, l'océan en mouvement, la flotte, les grands fonds, les géosciences marines) basculent sur des pages dédiés avec des mises en page différentes, mais où les objets de Cst ne sont pas identifiés de manière homogène.
Au total, beaucoup de Cst, avec des ressources pédagogiques pour tous les publics, mais des difficultés pour s'y retrouver...

- l'IFREMER Centre de Méditerranée et Outre-Mer
Le site, conçu sur le même modèle, représente les activités menées au sud de la France, en Guyane, aux Antilles et à La Réunion. Il arbore un portail beaucoup plus simple, mais qui affiche tout de même clairement la Cst avec une rubrique (sur 4), “Actions pédagogiques”.
Le souci de vulgarisation apparaît ici avec un interface de questionnement en différé dont la présentation ne manque pas de piquant et dont on voudrait bien connaître l'utilité réelle : «ce site a été conçu pour vous permettre de vous adresser à l’un de nos 1500 scientifiques, ingénieurs, techniciens ou administratifs… il vous suffit de nous adresser votre demande à partir du formulaire prévu à cet effet, et la réponse vous parviendra via votre @-mail»…

inraxtr

- l'INRA
Le portail est sobre, certainement le plus évident pour l'internaute lambda, avec l'imagette bien identifiable sur le bandeau supérieur et qui déroule la proposition claire, “la science et vous” (supra). Cette rubrique redirige sur une page dédiée avec les dossiers scientifiques, «des questions et des enjeux qui nous concernent tous» (biodiversité, alimentation, maladies émergentes, agriculture et environnement, OGM...), et sur le partage de la connaissance: “Apprendre, expérimenter”, et “Questions d'actus” de notre quotidien à laquelle répondent les chercheurs.
Ici nul besoin de chercher longtemps une référence formelle à la Cst (Inra en bref, détaillée ici), elle est l'une des 5 missions affichées de l'Institut, «contribuer à la diffusion de la culture scientifique et développer le dialogue citoyen autour de la science”.

- l'INRA Montpellier
On comprend mal pourquoi la page d'entrée, copie du modèle précédent dans sa présentation formelle, n'en a pas retenu les éléments les plus parlants et les plus explicites. Dans la rubrique sus-nommée, l'imagette est supprimée et la Cst n'est plus véritablement identifiée. Son contenu fourre-tout conduit à la page Ressources, plans et infos pratiques sur laquelle, in fine (au 3ème niveau) on peut accéder à l'Ist, et au Ccsti de la Cité de la vigne et du vin. C'est plutôt réducteur, et cela ne permet pas même pas de connaître ce qui se fait en Cst à l'Inra, inacessible depuis ce site. Sans commentaires !

- l'INSERM
Le portail est très dépouillé, sans encart d'actu, avec en fonds tournant une photo, portrait d'adulte ou d'enfant symbolisant les enjeux de la santé pour la population.
7 rubriques principales se partagent le petit bandeau gauche, sur lequel le thème de Cst n'est pas véritablement mis en évidence. Le passage du pointeur sur “Questions de santé” fait apparaître le libellé “Dossiers d'information, Expertises collectives, Café santé...” On accède alors à une page de liens multiples plutôt ciblés adultes initiés, parents. Rien n'est vraiment mis en avant, hormis peut-être le réseau Inserm Jeunes.
Bien qu'Epst, et à ce titre chargé aussi de «contribuer à la diffusion nationale et internationale de la connaissance scientifique et technique» (comme le rappelle le Décret n° 2009-278 du 11 mars 2009, en fichier pdf au 5ème niveau du site), la fiche de présentation insiste sur la mission essentielle, la recherche, sans même évoquer le reste...
Cela en dit long sur la stratégie de communication scientifique au sein de l'établissement qui privilégie le contact officiel avec les médias.

- l'INSERM LR
Le commentaire sera très bref. Le portail est ici plutôt moins dépouillé, avec un encart central en Une, qui propose un quizz en ligne pour tester ses connaissances, à l'occasion de la semaine du cerveau. Mais ici absolument rien en termes de Cst orientée grand public ou public jeune... hormis la mise à disposition d'un glossaire de termes techniques, comme sur le site central !

- l'IRD
Avec deux rangées de rubriques en texte noir ou rouge (11 au total), pas très simple de savoir où se cache la Cst... En survolant les menus dynamiques, 2 rubriques apparaissent : d'une part l'Information scientifique avec les expositions et les actions pédagogiques (essentiellement les ressources documentaires...), d'autre part les Actualités (!) après en avoir vérifié le contenu, avec l'intitulé elliptique “LatitudeSciences”. Loin d'être explicite pour l'internaute, ce libellé présente uniquement le projet “Promotion de la Cst” en Afrique et à Madagascar (projet ministériel conduit par l'Ird), avec renvoi sur un site dédié.
Hormis une très brève mention sur le portail, la page Présentation ne fournit pas de descriptif explicite sur ses missions, mais seulement une liste de liens. Il faut pointer sur “l'IRD en bref” pour trouver (sur un document pdf de 2ème niveau) qu'une des missions concernerait in fine la Cst : «assurer l'accès à une information scientifique de qualité à ses chercheurs, d'accroître sa visibilité et sa lisibilité sur la scène nationale et internationale et de favoriser le débat entre la science et la société». On y cherchera en vain le terme culture ou partage des savoirs, clairement identifiés... dans un rapport d'activité ici.
Signalons que le site est en cours de refonte complète, notamment pour homogénéïsation des sites web des centres et représentations de la métropole et des pays étrangers. [l'occasion sera donnée de faire bientôt une mise à jour]

- l'IRD dans le Sud de la France
Le portail est sobre, la "Une" réduite à quelques lignes d'annonce, avec 5 rubriques principales (dynamiques) mais qui ouvrent sur des pages intermédiaires inutiles (elles reprennent les libellés des menus sans autre texte d'explication...), et les intitulés sont confus si l'on s'attend à trouver des liens de Cst.
La rubrique “Actualité” est plutôt destinée au cénacle ou au public averti de science et il faut activer, à l'aveugle, les liens de la rubrique “Information” pour trouver des contenus orientés Cst. Le classement sans justification apparente entre Communication et Autres sources montre la difficulté de mettre en évidence la culture scientifique.
Les missions sont ici globalement bien identifiées (au contraire du site Ird du siège de Marseille) dès l'accès à la page “Qui sommes-nous ?”, mais sur la page détaillant ces missions, la Cst disparaît totalement . Incohérent.

Signalons pour conclure que le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche d'une part, Agropolis International* de l'autre, affichent bel et bien sur leur portail une rubrique dédiée Cst : pour le premier “Sciences et société”, faisant lien sur les compétences de la Micst (Mission de l'Information et de la Culture scientifiques et techniques à la DG Recherche et Innovation) ; pour le second “Culture scientifique et technique”, une des 5 composantes principales de son action fédératrice.

Enfin quelques suggestions dans la perspective de faciliter la navigation sur un site et surtout de retenir le plus longtemps possible l'attention d'un internaute profane
- afficher une image symbolique ou à défaut un lien explicite (rubrique, menu) pour l'entrée Culture scientifique (après avoir bien identifié ce qui en relève et à destination de quel public) et qui permet au minimum de présenter quelques opérations ou ressources propres à susciter l'intérêt
- proposer une vue synthétique de l'arborescence générale du site
- mettre systématiquement en haut de page une simple ligne de rappel de l'arborescence en cours, fonctionnalité très pratique pour se repérer, permettant d'ailleurs de revenir directement à un point précis de l'historique, par exemple comme ceci,
Accueil > Ressources > Cité de la vigne et du vin > page xx
- identifier clairement si les liens ouvrent ou non de nouvelles fenêtres ou sortent vers d'autres sites (ce qui complique d'autant l'historique de navigation).

Les notes
...............

L’Ifremer «a l’ambition d’être un organisme de recherche et de développement technologique finalisé, ouvert et de niveau mondial, visant à apporter les connaissances et les technologies nécessaires au traitement des questions complexes soulevées par l’activité socio-économique nationale et européenne en domaine maritime et sa durabilité» (Contrat quadriennal Etat-Ifremer 2005-2008; Programme 4 de la loi organique de la loi de finance, objectifs et indicateurs pour l’Ifremer; action 6: Diffusion, transfert et valorisation des connaissances scientifiques, des technologies et des compétences). Ici la valorisation des productions (connaissances et savoir faire) privilégie les cibles socio-économiques, et n'inclut pas une quelconque contribution à la culture scientifique.

L'Inra en bref : «Produire et diffuser des connaissances, Concevoir des innovations et des savoir-faire, Éclairer les décisions, Contribuer à la culture scientifique et au débat science/société, Former à la recherche et par la recherche”

L'Ird : le Contrat d'objectifs 2006-2009 avec l'Etat rappelle en introduction quatre missions fondamentales: la production de connaissances; la formation par la recherche et à la recherche; l'expertise comme aide à la définition des politiques publiques; l'ouverture sur la société pour répondre à une demande croissante au Sud comme au Nord. Cette dernière est citée pour mémoire car elle n'apparaît plus dans le corps du texte... Il faut lire le rapport d'activité 2007 pour trouver enfin des informations pertinentes sur la Cst, au chap.2 “Former, valoriser, partager”.

____________________
Pour citer le billet copywright
Source : La cst (b) des organismes de recherche. Medsci (avhs) le 5 mai 2009. Site http://medsci.free.fr/pcsa/

télécharger le fichier pdf du billet : la_cst_b_des_organismes_de_recherche.pdf