Depuis la précédante réponse,
(… faire de l’exposé, du débat, de la controverse une pratique citoyenne… L’ invention de formes inédites de rencontres entre les savants, les habitants est un défi que la ville veut relever… C’est un enjeu primordial pour les sciences, la démocratie, le citoyen… source: Animateur du Blog Citoyen le 12 juin 2009)
il ne s’est pas passé grand’chose de nouveau, magré les discours !

La ville a certes mis en place les conférences de l’Agora, dans la droite ligne de la diffusion des connaissances… pas spécialement novateur, même s’il s’agit d’aborder les interrogations fondamentales de notre temps. Ces séances sont essentiellement destinées à un public averti, ou sensible à la venue de grandes pointures nationales.
Mais c’est un repoussoir, un objet de consommation passive pour la plupart des résidents ordinaires qui attendent probablement autre chose en termes d’implication démocratique. La science a un rôle à jouer pour faire débattre le citoyen sur les enjeux du développement durable local (agenda 21 locaux, etc). Encore faut-il qu’elle puisse être interrogée et interpellée, comme des savoirs d’autres horizons (professionnels, amateurs, associatifs), par le citoyen profane.

L’année 2010 de la Biodiversité vient à propos bousculer nos conceptions (étroites et anthropocentriques) et notre mode de vie (inconséquent pour la nature et la planète). Reste que l’impact sera globalement très faible, quasi nul pour le public adulte avec les formules habituelles (comme pendant la Fête de la Science ou la nouvelle Fête de la Biodiversité).

Il serait bon d’imaginer des médiations, des interfaces, des modalités de mise en scène vivants, interactifs, qui respectent les “sans voix” et qui tiennent compte des obstacles et réticences au partage de la parole. Une initiative de ce type est en gestation (le projet Savoirs citoyens sur ce lien). Une question est posée à la population, via un panel, pour acclimater la nature vivante en ville, des recommandations seront formulées en toute indépendance pour “faire service public”, et aussi pour contribuer à réhabiliter le rôle du citoyen profane dans la marche de la cité.

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage…
(http://blogcitoyen.montpellier.fr/index.php?post/2009/03/24/Thème-de-discussion-%3A-La-culture)
ML